Aller au contenu principal
Votre navigateur est obsolète. En conséquence, ce site sera consultable mais de manière moins optimale qu'avec un navigateur récent.
> Mettre à jour son navigateur maintenant.

Lecture en cinéma

Des mots à l’image. Carnets de tournage, journal de bord, correspondances. Les Fileurs d’Écoute abordent la création d’un film par la lecture de textes éminents de cinéastes, de techniciens mais aussi d’artistes, de compositeurs, de comédiens...

Ils donnent à entendre dans une forme proche de la radiophonie, la complexité et les hasards de la genèse d’un film en train de se faire. Loin du débat et de la conférence : une pensée collective en acte que Les Fileurs d’Écoute disent de manière stéréophonique de part et d’autre de l’écran qui accueillera l’iconographie illustrant les propos...

FICHE TECHNIQUE

  • Sonorisation : 2 micros H.F. (+ diffusion de fichiers mp3 si possible)
  • Vidéo-projection (images fixes et extraits vidéos - montage sur dvd)
  • Les intervenants prévoient 2 pupitres et 2 liseuses.

LES CONDITIONS DE LOCATION DES COPIES ADRC

Les projections donnent lieu à une déclaration des recettes selon la procédure commerciale habituelle (billetterie CNC). Ce film ne fait pas l’objet de minimum garanti (partage des recettes à hauteur de 50 %).

TARIFS ET MODALITES DE REMUNERATION

L’Agence a négocié auprès des intervenants les conditions suivantes valables uniquement sur les circulations ADRC.

  • Tarif tandem : 1 séance 440,00 € (durée 30 min)
  • Tarif tandem dégressif : 2-6 séances 385,00 € / 6-10 séances* 348,00 €
    * les réseaux de salles peuvent proposer une circulation de Ciné-Lecture sur différents films...

L’ADRC pourra prendre en charge les frais de déplacement des intervenants. À charge pour la salle de les accueillir et de les rétribuer. L’association Les Fileurs d’Écoute dont dépendent les intervenants adressera à la salle un contrat préalable précisant la nature des prestations fournies et les moyens mis à disposition ainsi qu’une facture. Les comédiens sont déclarés intermittents par les Fileurs d’Écoute.


LA NUIT DU CHASSEUR (1955) de Charles Laughton

USA - DCP - NB - 1h33 - VO - Distribution : Carlotta Films
Avec Robert Mitchum, Shelley Winters, Lilian Gish, Billy Chapin...
JEUNE PUBLIC DÈS 9 ANS / TOUT PUBLIC DÈS 12 ANS

SYNOPSIS

Arrêté pour vol de voiture, Harry Powell doit purger une peine de 30 jours d’incarcération. En prison, il fait la connaissance de Ben Harper, un condamné à mort qui vient de réaliser un hold-up. Harper, qui parle dans son sommeil, révèle qu’il a caché un magot dans un endroit seulement connu par ses deux enfants. À sa sortie de prison, Powell se rend à la ferme des Harper et fait tout pour extorquer leur secret…

LA LECTURE

Hollywood, 1955. Un livre de bord retrouvé dans les décors du film. Billy Chapin, enfant-acteur raconte au jour au jour l’aventure du film en train de se faire. Par la voix de Billy et de Charles Laughton, les coulisses du cinéma s’ouvrent pour un voyage inédit au coeur de la fabrique d’un film unique…
Comment Charles Laughton dirige t-il son jeune interprète ? Sans déflorer l’intrigue ni désamorcer l’effet du film, les Fileurs d’écoute invitent les spectateurs à les suivre sur les sentiers de la création à travers un jeu de l’oie dessiné par l’illustrateur Gildas Chasseboeuf.


ASCENSEUR POUR L’ÉCHAFAUD (1957) de Louis Malle

France - 35 mm - NB - 1h30 - Distribution : Gaumont
Avec Jeanne Moreau, Maurice Ronet, Georges Poujouly...
TOUT PUBLIC DÈS 12 ANS

SYNOPSIS

Florence aime Julien que son mari, Simon, un homme riche et redoutable, a pris dans ses affaires. Ils préméditent ensemble un crime parfait. Julien tue Simon et maquille son crime en suicide. Le hasard intervient, Julien est bloqué dans l’ascenseur par le portier. Pendant ce temps, deux jeunes gens volent sa voiture et tuent deux touristes. Julien est donc recherché pour ce meurtre qu’il n’a pas commis, sera-t-il condamné ?

LA LECTURE

La genèse du film à travers le parcours de Louis Malle, «le plus jeune réalisateur de son époque». Le mythe de Sisyphe. Albert Camus plutôt que l’existentialisme sartien… Fuir la bourgeoisie familiale, l’esprit d’école de l’Idhec… Céder à la tentation faustienne ? Répondre au Sphinx du destin… Désirs et doutes… Errance dans le Paris nocturne… Autant d’épreuves traversées par un cinéaste de 24 ans qui va peu à peu s’entourer : Alain Cavalier, Roger Nimier, Maurice Ronet, Jeanne Moreau, Miles Davis… Tels sont les fils du récit que Les Fileurs d’écoute proposent de dérouler.

Avec le soutien de l’Ina Atlantique.


2001 : L’ODYSSÉE DE L’ESPACE (1968) de Stanley Kubrick

USA - 35 mm et DCP - Couleurs - 2h21 - Distribution : Warner Bros
Avec Keir Dullea, Gary Lockwood, William Sylvester...
TOUT PUBLIC DÈS 12 ANS

SYNOPSIS

A l’aube de l’Humanité une tribu de primates subit les assauts répétés d’une bande rivale. La découverte d’un monolithe noir inspire au chef un geste inédit. Brandissant un os, il passe à l’attaque et massacre ses adversaires. En 2001 un vaisseau spatial évolue en orbite lunaire. A son bord, le Dr. Heywood Floyd enquête sur la découverte d’un monolithe noir qui émet d’étranges signaux vers Jupiter...

LA LECTURE

Si Stanley Kubrick était reconnu pour sa méticulosité, 2001 l’odyssée de l’espace en est le témoignage grandiose. Après Dr Folamour et sa bombe folle, le cinéaste élargit le champ de vision et aborde la conquête spatiale sous l’angle du «documentaire magique». Documentaire par le souci de véracité des enjeux scientifiques et politiques comme des décors ; magique puisqu’au gré de l’écriture, du tournage, du montage, le cinéaste donne priorité à l’aspect initiatique et mythologique des personnages.
En pleine guerre froide, comment ce projet fou devient-il une course contre la montre avec l’Histoire, une véritable odyssée cinématographique ?


LA BELLE ET LA BETE (1945) de Jean Cocteau

France - DCP - NB - 1h34 - Distribution : SND
Avec Jean Marais, Josette Day, Marcel André, Michel Auclair, Mila Parely...
JEUNE PUBLIC DÈS 8 ANS / TOUT PUBLIC DÈS 12 ANS

SYNOPSIS

Il était une fois, une jeune fille, Belle, qui était bonne et affectueuse. Son père étant tombé au pouvoir de la « Bête », un monstre doté d’un pouvoir magique, elle s’offrit comme otage. Et, peu à peu, elle se prit de pitié, de compréhension, puis d’amour pour le monstre qui devint le Prince Charmant.

Version restaurée par SND et La Cinémathèque française avec le soutien du Fonds Culturel Franco Américain

LA LECTURE

Lecture à deux voix du Journal de La Belle et la Bête, un carnet de bord relatant les aléas de la création du film au gré du tournage. Outre les voix, les influences picturales du poète seront invoquées : de Gustave Doré à la peinture hollandaise révélant au public les choix esthétiques qui habillent ce film onirique, véritable ode à l’émancipation. Dans la version jeune public de ce spectacle, les Fileurs d’écoute déroulent le fil de la préparation du film. Quelles sont les sources d’inspiration ? Qui sont les personnages ? Comment construit-on une lumière ? Le mystère s’apprivoise comme un animal sauvage pour que la féérie existe.


ÉTUDES SUR PARIS (1928) d’André Sauvage

France - DCP - NB - 1h20 - Distribution : Carlotta Films
Musique par le Quatuor Prima Vista, composée par Baudime JAM
TOUT PUBLIC DÈS 12 ANS

SYNOPSIS

Paris à la fin des années 1920 est une ville aux visages multiples.
On y arrive en péniche, par les canaux qui rejoignent la Seine et où s’acharnent des milliers d’ouvriers.
De l’Opéra à la butte Montmartre, au rythme des monuments historiques, la traversée de la capitale donne à voir une foule changeante…

LA LECTURE

Etudes sur Paris ouvre une nouvelle approche de la lecture qui s’apparente à la forme du benshi. Cette partition littéraire empruntera aux textes sur le 7ème Art d’André Sauvage et de Robert Desnos notamment. Un voyage à travers le regard porté sur la ville par les poètes et les cinéastes. La fluidité du montage, les raccords de plans forment un univers poétique où certaines séquences n’appelleront pas de commentaires. Dans d’autres, les images fantomatiques d’une époque à jamais révolue seront soutenues par un récit au-delà d’une forme descriptive.


FAHRENHEIT 451 (1966) de François Truffaut

Grande-Bretagne - DCP - Couleurs - 1h52 - Distribution : Diaphana pour MK2
Avec Oskar Werner, Julie Christie, Cyril Cusack...
TOUT PUBLIC DÈS 12 ANS

SYNOPSIS

Dans une société totalitaire où la lecture est interdite, les pompiers brûlent les livres. Sous l’influence de Clarisse, le pompier Montag commence à douter de sa mission et à lire la nuit en cachette de sa femme.
Version restaurée en HD par MK2.

LA LECTURE

Pendant plusieurs mois, François Truffaut tient le journal de bord qui l’accompagne tandis qu’il tourne, « sans un isolement propice à la confession », Fahrenheit 451 à Londres au début de l’année 1966. Le réalisateur y relate les circonstances et la nature de ses choix de mise en scène. Cet ouvrage, édité par les Cahiers du Cinéma dont il fut une des plus ferventes plumes, éclaire son geste de cinéaste pris, épris par la puissance du medium cinématographique à changer la vie.
Lecture à deux voix d’extraits du journal de Fahrenheit 451, 30 minutes avant la projection du film.