Aller au contenu principal
Votre navigateur est obsolète. En conséquence, ce site sera consultable mais de manière moins optimale qu'avec un navigateur récent.
> Mettre à jour son navigateur maintenant.

Ville au cinéma

À l’occasion des Journées nationales de l’architecture qui se tiendront les 19, 20 et 21 octobre 2018, la FNCAUE et l’ADRC favorisent la diffusion de films qui permettent de sensibiliser le public à l’architecture et l’espace urbain et incitent au rapprochement des salles de cinéma avec les acteurs du cadre bâti dans les départements. Pour cette première édition plusieurs films restaurés de Wim Wenders et Jacques Tati sont proposés, accompagnés d’animations.

L’ADRC et la Fédération nationale des CAUE (Conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) ont décidé d’un partenariat national pour contribuer au développement conjoint de la culture et des territoires.

La FNCAUE rassemble les CAUE qui, à l’échelon départemental, encouragent la qualité des constructions, promeuvent un urbanisme plus durable et accompagnent les acteurs locaux pour un développement raisonné des territoires. Chaque CAUE dispose d’experts (architectes, paysagistes) qui conseillent, informent, sensibilisent et forment les particuliers et les élus locaux à la qualité du cadre bâti et des paysages. L’ADRC favorise sur l’ensemble du territoire le développement du réseau de salles de cinéma indépendantes. Elle contribue à la pluralité des œuvres diffusées et à la pérennité du maillage du territoire. Elle intervient par son département Études pour des actions d’expertise, de conseil et de sensibilisation à la qualité architecturale et urbaine des cinémas auprès des exploitants indépendants et collectivités territoriales.

En rapprochant leurs compétences et leurs capacités d’expertise, l’ADRC et la FNCAUE se mettent au service du public, des porteurs de projets culturels et des collectivités territoriales pour favoriser, dans tous les territoires, l’accès à la culture et à la qualité du cadre de vie.

Le partenariat national FNCAUE-ADRC :

  • encourage à croiser localement les expertises des deux réseaux en architecture, urbanisme, paysage, énergie, au bénéfice des porteurs de projets de salles de cinéma tels que les collectivités territoriales ;
  • s’appuie dans les territoires sur le double réseau de l’ADRC et des CAUE (cinémas indépendants et collectivités) pour le déploiement d’ateliers, de rencontres, de débats avec pour objectif de structurer ou participer à un projet urbain, développer l’attractivité d’un territoire, sensibiliser à l’architecture…. ;
  • suscite l’accueil d’actions déclinant des politiques ou des initiatives nationales telles que les Journées nationales de l’architecture, les Journées européennes du Patrimoine, la Journée nationale biodiversité…).

WIM WENDERS - LES FILMS

Cinéaste de l’errance et de la ville, Wim Wenders met en scène des personnages en marge, souvent placés sous le signe du voyage. De la trilogie fondatrice Alice dans les villes/Faux mouvement/Au fil du temps jusqu’à Paris, Texas ou Les Ailes du désirs , ce sont des films intimistes au rythme lent et réfléchi où le temps, le mouvement, l’espace et le paysage dominent.

LES AILES DU DÉSIR

Un film de Wim Wenders • RFA-France • 1986 • 2h07 • Noir et blanc et Couleurs Restauration 4K : Fondation Wim Wenders et Argos Films avec le soutien du CNC à l’occasion des trente ans de la sortie du film • Distribution : Tamasa

À Berlin, deux anges, Cassiel et Damiel, sont les témoins invisibles des pensées des personnes qu’ils croisent...
« Tourné deux ans avant la chute du Mur, le film montre un Berlin qui porte toujours les cicatrices à vif de son histoire : les ruines de la guerre et le Mur, symbole omniprésent de la guerre froide sur lequel bute en permanence la caméra. »
Wafa Ghermani

ALICE DANS LES VILLES

Un film de Wim Wenders • RFA • 1973 • 1h52 • Noir et blanc
Restauration 2K : Fondation Wim Wenders • Distribution : Les Acacias pour Le Pacte
Un photographe en mal de vivre, en mal de création, en proie à l’angoisse existentielle. Une enfant délaissée qui lui est confiée, le temps d’un voyage, par sa mère.
Alice dans les villes inaugure la trilogie consacrée à l’errance, comprenant également Faux mouvement, réalisé l’année suivante, et Au fil du temps, sorti en 1976.
« Wim Wenders prend son temps, saisit des instants au vol comme le ferait le photographe, déploie un sens aigu de l’espace, filme des paysages vidés de leur sens entre les États-Unis et l’Europe. »
Hélène Lacolomberie

FAUX MOUVEMENT

Un film de Wim Wenders • RFA • 1974 • 1h43 • Couleurs
Restauration 4K : Fondation Wim Wenders • Distribution : Les Acacias pour Le Pacte

Fuyant une mère oppressante, le jeune Wilhelm se rend à Bonn pour devenir écrivain.
« Faux mouvement déploie également une des grandes préoccupations de Wim Wenders à l’époque : filmer les paysages et son pays. Dans la trilogie du voyage, Faux mouvement constitue l’opus le plus politique, celui par lequel le cinéaste se confronte à l’Histoire de l’Allemagne, à sa part sombre. »
Pauline de Raymond

AU FIL DU TEMPS

Un film de Wim Wenders • RFA • 1975 • 2h55 • Noir et blanc
Restauration 4K : Fondation Wim Wenders • Distribution : Les Acacias pour Le Pacte Bruno circule le long de la frontière qui sépare alors l’Allemagne de l’Ouest de la RDA pour réparer des projecteurs dans les cinémas de village.
« Au long de son périple, l’Allemagne se déroule comme le reflet inversé d’une Amérique fantasmée, continent symétrique dont les motifs dédoublés refluent de partout (musique, grands espaces...). C’est leur Amérique intérieure que cherchent les personnages errants, jusqu’à se confronter avec la génération des pères ayant frayé avec le nazisme. »
Mathieu Macheret

ET AUSSI
L’AMI AMÉRICAIN

Un film de Wim Wenders • RFA-France • 1976 • 2h06 • Couleurs
Restauration 4K : Fondation Wim Wenders • Distribution : Les Acacias pour Le Pacte

PARIS, TEXAS

Un film de Wim Wenders • RFA-France • 1983 • 2h25 • Couleurs Restauration 2K : Argos Films avec le soutien du CNC • Distribution : Tamasa
 


JACQUES TATI - LES FILMS

A travers son regard sur la société et la modernité, Jacques Tati nous invite à suivre les pas de son personnage singulier, M. Hulot ; embarquer à bord d’une Renault 4L révolutionnaire ( Trafic ), se laisser guider par Mon Oncle du quartier du vieux Saint-Maur à l’ultramoderne Villa Arpel, et visiter le Paris virtualisé de l’incroyable PlayTime . Bon voyage !

MON ONCLE

Un film de Jacques Tati • 1958 • France • 116 mn • Couleurs Distribution : Carlotta Films pour Les Films de Mon Oncle
Restauration 2K
En banlieue parisienne, Gérard fuit la maison ultramoderne de ses parents pour passer du bon temps dans les rues avec son drôle d’oncle. Entre tradition et modernité, sa petite ville est revisitée par la fantaisie de M. Hulot. « Critique buissonnière des ravages de la modernité, Mon Oncle (1958) est tourné conjointement en banlieue parisienne et aux studios de la Victorine à Nice. »

PLAYTIME

Un film de Jacques Tati • 1967 • France • 124 mn • Couleurs Distribution : Carlotta Films pour Les Films de Mon Oncle
Restauration 4k en 2013 avec le soutien du CNC Monsieur Hulot a rendez-vous dans un quartier moderne, dans lequel il se perd, et croise le chemin d’une jeune touriste américaine qu’il invite à dîner.
« PlayTime demeure, après sa sortie en 1967, un film extraordinairement novateur et inventif, indispensable pour penser le monde « globalisé » d’aujourd’hui. »

TRAFIC

Un film de Jacques Tati • 1971 • France/Italie • 98 mn • Couleurs
Distribution : Carlotta Films pour Les Films de Mon Oncle
Restauration 2K en 2013 avec le soutien du CNC
Dessinateur chez Altra, une petite entreprise parisienne en pleine expansion, Monsieur Hulot a inventé une voiture de camping révolutionnaire, équipée d’une tente et de multiples gadgets. Ses employeurs tiennent absolument à présenter cette merveille d’ingéniosité au Salon de l’automobile qui se tiendra bientôt à Amsterdam...
« En 1971, Tati accepte de coréaliser la suite des aventures de Monsieur Hulot pour une production franco-hollandaise. Après le désistement du réalisateur Bert Haanstra, il signe seul son cinquième long métrage, Trafic, nouvelle confrontation entre la modernité et le retour à la nature. »


PROTOCOLE

Engagement lié à la programmation du film

Chaque salle participante s’engage à :

  • Etre à jour de sa cotisation d’adhésion à l’ADRC.
  • Programmer la séance sur un horaire adapté. Il est rappelé que l’ADRC n’intervient pas sur le secteur des dispositifs scolaires d’éducation à l’image.
  • Adresser la demande de réservation du film auprès de l’ADRC au minimum un mois à l’avance avant la tenue effective de l’atelier.
  • Respecter les dates et conditions de programmation confirmées par l’ADRC.
  • Communiquer sa programmation à l’ADRC (jour + horaire) par e-mail.
  • Communiquer à l’ADRC les résultats de l’action, quantitatifs (dé tails des entrées des séances) et qualitatifs (photos, revue de presse).

Engagement lié à l’accueil de l’intervenant spécialisé « cinéma »

L’ADRC a repéré différents intervenants pouvant animer rencontres et débats sur le volet « cinéma ». L’ADRC pourra prendre en charge les frais de déplacements de ces intervenants. La rémunération et l’accueil reste à la charge des salles.

Chaque salle est invitée à :

  • Contacter l’intervenant préalablement l’accueillir à son arrivée (gare, aéroport...) et l’accompagner sur les lieux.
  • Prendre en charge les repas et l’hébergement de l’intervenant (en hôtel ou chambre d’hôte).

Engagement lié à l’accueil de l’intervenant spécialisé « architecture, urbanisme, paysage »

Le CAUE co-organisateur de l’opération peut faire intervenir un ou plusieurs professionnels de l’architecture, de l’urbanisme ou du paysage.

Chaque CAUE est invité à :

  • Prendre en charge la rémunération, les déplacements, les repas et l’hébergement de l’intervenant.

Engagement lié à la communication de l’événement

La salle s’engage à :

  • Faire figurer l’opération en apposant les logos des partenaires (ADRC / FNCAUE) sur tous les supports de communication du cinéma.
  • Utiliser les affiches et photos du film à commander directement auprès du distributeur concerné.
  • Mettre en œuvre une communication adéquate en direction du public et faire la promotion de la séance auprès des partenaires de la salle.
  • Envoyer les informations relatives à l’action aux médias (presse régionale, sites web, réseaux sociaux ... ).

LES CONDITIONS DE LOCATION DU FILM

La/les projection(s) donne(nt) lieu à une déclaration des recettes selon la procédure commerciale habituelle (billetterie CNC). Le film ne fait pas l’objet de minimum garanti (partage des recettes à hauteur de 50 %).

La mise à disposition du DCP sera effectuée par l’ADRC aux conditions habituelles (transport à la charge de la salle). Un envoi dématérialisé via la plateforme Cinego est également proposé sur certains titres. Dans ce cas, l’ADRC pourra prendre en charge le coût d’envoi dématérialisé.

TARIF

La salle reste responsable de la politique tarifaire pratiquée pour cette/ces séance(s).

CONTACTS

Rodolphe Lerambert :
r.lerambert@adrc-asso.org
Tél : 01 56 89 20 30

Laetitia Chaussonnaud :
laetitia.chaussonnaud@fncaue.fr
Tél : 01 43 22 23 85