Aller au contenu principal
Céline Gailleurd
Olivier Bohler

Italia, le feu, la cendre

1h34
2021
Italie/France
distribué par : Carlotta Films
Visa d'exploitation : 154552
DCP
Lorenzo Esposito Fornasari
avec la voix de Fanny Ardant
Extraits de Rapsodia satanica (1915, Cines, Nino Oxilia), Il circolo nero (1913, Celio Film, Emilio Ghione), Bellezze d’Italia. Trittico di visioni pittoresche (années 1910, Pasquali & C., Torino / Tiziano Film), Cabiria (1914, Itala Film, Giovanni Pastrone), Maciste alpino (1916, Itala Film, Luigi Romano Borgnetto e Luigi Maggi), Cavalcata ardente (1925, SAIC, Carmine Gallone), La città di Rimini (1912, Ambrosio Film), L’uomo meccanico (1921, Milano Films, André Deed), Romeo e Giulietta (1912, Film d’Arte Italiana, Ugo Falena), L’Inferno (1911, Milano Films, Giuseppe De Liguoro - Adolfo Padovan – Francesco Bertolini), La Serpe (1920, Caesar Film, Roberto Roberti), Duce (1923-1926, Istituto Nazionale Luce), Ma l’amor mio non muore (1913, Film Artistica “Gloria”, Mario Caserini).

Italia, Le Feu, La Cendre est un film entièrement composé d’images d’archives tournées en Italie entre 1896 et 1930, dont la plupart n’ont jamais été montées depuis leur sortie en salles, au début du XXe siècle (...) Le cinéma muet italien a connu une gloire inégalée. Cependant, il n’en reste que quelques images, qui survivent éparpillées dans les cinémathèques du monde entier. Certains films nous sont parvenus en ruines. Beaucoup ont été perdus à jamais, et avec eux tout un univers. Mais en même temps, un feu anime toujours ces films, comme les histoires de ceux qui les ont faits ou qui en ont été témoins. Ce feu ne s’éteint pas, il continue de brûler ...

Les protagonistes de Italia, Le Feu, La Cendre sont les réalisateurs et les réalisatrices, les acteurs et actrices, les techniciens ou les intellectuels de l’époque, c’est-à dire ceux qui ont créé ou qui étaient spectateurs de ces images au début du siècle dernier. Pastrone, Bertini, Pirandello, Dalí, Canudo, Gramsci… Ce sont leurs mots, lus par Fanny Ardant dans la version française – et celle d’Isabella Rossellini dans les versions italienne et anglaise –, qui nous font revivre ce que ces hommes et ces femmes ont vu dans ces films, ce qui les a enchantés, étonnés ou bouleversés. Ainsi le film narre l’éclosion d’un art dédié au sublime, à la sophistication et à la mort. Une époque de splendeur qui tombera dans l’abîme du fascisme, avant que l’Italie ne s’affirme de nouveau comme l’une des plus grandes cinématographies mondiales après la Seconde Guerre mondiale.

Carlotta Films

 

Animation en salle :

au cinéma le 15 mars 2023
Sélection Toute la Mémoire du Monde
Festival International du film restauré
La Cinémathèque Française (8/15 mars 2023)