Aller au contenu principal
Votre navigateur est obsolète. En conséquence, ce site sera consultable mais de manière moins optimale qu'avec un navigateur récent.
> Mettre à jour son navigateur maintenant.
Maurice Pialat

A nos amours

1h42
1983
distribué par : Gaumont
Visa d'exploitation : 56155
DCP 35mm AD ST SME
Avec Sandrine Bonnaire, Dominique Besnehard, Maurice Pialat, Evelyne Ker, Anne-Sophie Maillé, Christophe Odent, Cyr Boitard, Maïté Maillé, Pierre-Loup Rajot, Cyril Collard
Prix Louis Delluc (1983) César du meilleur film français (1984) César du meilleur jeune espoir féminin à Sandrine Bonnaire (1984)
Cycles : Maurice Pialat

Suzanne a quinze ans. Elle sort la plupart du temps avec sa meilleure amie, Anne, et les deux jeunes filles ne savent pas encore très bien démêler les problèmes sentimentaux. Suzanne, en particulier, aime assez Luc mais se refuse à lui et préfère faire l’amour avec des garçons qu’elle connaît peu. Pour ne pas avoir à s’engager...

Prenez A nos amours, cette merveille. Il a trouvé Sandrine Bonnaire, qui venait de son HLM, mais il l’a trouvée exactement comme elle était déjà, avec son élégance et sa finesse, l’élégance de sa démarche. Tous les mannequins devraient s’inspirer de l’élégance de cette démarche. Et ça, Maurice savait le voir. Son insolence, aussi. Il l’a vue telle qu’elle était. Il avait vu son âme, il avait tout repéré. Et quand Maurice se dépréciait, il le faisait comme un peintre face à sa toile. Et je n’ai jamais vu un peintre heureux devant sa toile terminée... Maurice, il aurait voulu faire comme Bonnard, aller encore rectifier sa toile sur les murs du musée. Et quand il faisait l’acteur, c’était pareil : il n’était jamais satisfait. Parce qu’il était possédé par un autre art que le cinéma. Comme Truffaut était possédé par le roman.
Gérard Depardieu

Animation en salle :