Aller au contenu principal
Votre navigateur est obsolète. En conséquence, ce site sera consultable mais de manière moins optimale qu'avec un navigateur récent.
> Mettre à jour son navigateur maintenant.
Jean Cocteau

La Belle et la Bête

1h36
1945
France
distribué par : SND
Visa d'exploitation : 782
DCP AD ST SME
Georges Auric
Josette Day, Jean Marais, Marcel André.
Animation en salle : Ciné-lecture ; Exposition
Complément de programme Pascale Ferran

La Bête, offensée par le père de la Belle qui a cueilli une rose dans son jardin, le garde prisonnier. Pour le sauver, la jeune fille accepte de venir vivre au château à sa place. Effrayée dans un premier temps, elle découvre peu à peu la vraie nature de son geôlier.

 

La Belle et la Bête est tout simplement un film merveilleux. Merveilleux au sens « fantastique » du terme, avec tous les éléments magiques qu’il comporte et que l’on peut attendre d’un conte. Mais merveilleux surtout dans la façon de raconter cette histoire, adaptée du très célèbre conte de Mme Leprince de Beaumont, et de créer de la magie avec du réel, sans aucun effets spéciaux, juste de simples trucages réalisés au tournage. La Belle et la Bête est sans aucun doute un film de poète, écrit à l’encre de la lumière. Cette poésie visuelle, on la doit notamment au grand Henri Alekan, alors au sommet de son art, et à sa maîtrise absolue du clair-obscur, ainsi qu’aux nombreuses références picturales (Johannes Vermeer, Rembrandt, Gustave Doré...) qui créent un univers tantôt réaliste, tantôt fantastique.

Nadège Roulet (Benshi)

Animation en salle : Ciné-lecture ; Exposition

LA RESTAURATION 

En 1995, pour commémorer le centenaire de l’invention du Cinéma, La Belle et la Bête fit déjà l’objet d’une restauration photochimique minutieuse sous la direction du chef opérateur Henri Alekan. SNC-Groupe M6 en partenariat avec la Cinémathèque française - avec le soutien du Fonds Culturel Franco-Américain (DGA MPAA SAGEM WGAW) - a souhaité poursuivre l’initiative entreprise en 1995 pour mener à bien cette restauration, par le biais de moyens techniques encore indisponibles à l’époque. L’objectif était de disposer d’une nouvelle restauration du film en 2013, année marquant les 50 ans de la disparition de Jean Cocteau.

document d'accompagnement